Ces habitants sont appelés les Hégenheimois et Hégenheimoises. Hégenheim a adopté le blason de la famille de Hégenheim qui s’est éteinte en 1451.

Les origines

Le village trouve son origine sans doute dans une création de l’époque franque, et signifierait le « domaine de Hagino », prénom germanique. Cette assertion est confirmée par la découverte d’une nécropole du VI-VIIème siècle.

La période romaine est marquée par la présence d’un croisement important de voies romaines traversant le ban, celles menant de Porrentruy à Augst et de Binningen à Rixheim.
Le village dépendait au temporel de l’Evêché de Bâle. Les évêques le donnèrent en fief à des vassaux, dont les Baerenfels en 1482. Ayant appartenu jusqu’en 1692 aux Baerenfels, le château, avec une chapelle privée à l’usage de ses propriétaires, est reconstruit en 1737 par Aimable-Laurent de Barbier. Il s’agit du seul bâtiment classé au titre des Monuments Historiques de Hégenheim (1990).

Le XVIIème siècle est marqué par l’installation d’une forte communauté juive aux portes de Bâle où ils ne sont pas tolérés. En 1673, Achille de Baerenfels permit aux Juifs d’établir sur ses terres un cimetière qui prit une importance régionale, et contient environ 8000 tombes. La synagogue a été construite en 1821, l’asile pour vieillards israélites a ouvert en 1874.

En 1838 il y avait 845 israélites à Hégenheim.

Avant la première guerre mondiale, Hégenheim était un important centre de production horloger. La Manufacture de montres Lévy employait une centaine d’ouvriers, dont la moitié venait de Suisse. Elle a été remplacée par la Société Anonyme Manufacture d’Horlogerie du Haut-Rhin (jusqu’en 1963).

Aujourd’hui

Si l’absence d’industries est fortement ressentie aujourd’hui, l’agglomération bénéficie toutefois des infrastructures et des commerces nécessaires au quotidien de la population (boulangeries, boucherie, commerce alimentaire, pharmacie, restaurants …) Quelques petites industries sont cependant regroupées dans la zone industrielle créée en 1977.

Hégenheim est le territoire d’implantation d’un collège intercommunal où se retrouvent 17 communes regroupées en un SICES (Syndicat Intercommunal) : Attenschwiller -Blotzheim – Buschwiller -Folgensbourg – Hagenthal-le-Bas et le Haut, Hésingue – Knoeringue – Leymen – Liebenswiller – Michelbach-le-Bas et le-Haut – Neuwiller – Ranspach-le-Bas et le-Haut – Wentzwiller et Hégenheim.